FN Le Pen sondage freres philippot

FN, Le Pen : sondage qui tombe à pic et médias complices des frères Philippot.

Après le tweet de Florian Philippot disant que la « rupture politique » avec Jean-Marie Le Pen était « désormais totale et définitive » et les pleurnicheries de Marine Le Pen au JT de TF1 pendant près de la moitié du journal, voici arriver le énième rebondissement des bisbilles du FN qui occupent tout l’espace médiatique depuis plusieurs jours : le petit sondage ifop de derrière les fagots.

Commençons par rappeler que Damien Philippot, le frère de Florian Philippot, dirige les études politiques de l’Ifop. Ceci pour bien situer ce qui va suivre, pour bien éclaircir les esprits avant de commencer à regarder ce qu’il y a à l’intérieur de ce sondage.

Malheureusement, au moment où j’écris, le site de l’Ifop est inaccessible et je ne peux donc pas consulter la version directement en ligne du sondage (ce que je fais d’habitude et que je vous invite à toujours faire, pour éviter de voir les choses par le prisme déformant des médias). Je ne peux donc me baser pour l’heure que sur ce qu’en dit le journal qui a commandé ce sondage : Dimanche Ouest-France.

Les frères Philippot à la manœuvre

Quelle est l’information principale, sur laquelle titre le journal ? « Jean-Marie Le Pen. 67% des sympathisants FN veulent son départ ». Ça fait donc une large majorité. Bon. On regarde un peu dans l’article et on lit ça : « 62 % des Français (et 74 % parmi les sympathisants FN) estiment que le statut de président d’honneur et sa capacité à s’exprimer régulièrement dans les médias de Jean-Marie Le Pen constituent un handicap pour le parti ». Aaaaaah ! Les sympathisants FN n’aiment pas, mais alors pas du tout que Jean-Marie Le Pen soit président d’honneur.

On continue ? Un peu plus loin : « “Dans ce contexte marqué par une succession de sorties médiatiques provocatrices de Jean-Marie Le Pen, 38 % des Français seraient favorables à ce qu’il quitte le Front National”, note l’institut, contre 6 % qui s’y disent opposés et 56 % d’indifférents. Les sympathisants FN sont beaucoup plus sévères et ils sont 67 % à souhaiter son départ ». Et bien dites-moi, on dirait que les sympathisants du FN veulent en plus que Jean-Marie Le Pen s’en aille du parti !

On finit la lecture de l’article ? « Ce départ “pourrait permettre au parti d’élargir son audience dans la mesure où 17 % des 80 % de Français n’ayant pas voté pour le Front National, ni à la présidentielle, ni aux Européennes, pourraient être incités à voter pour un Front National dont Jean-Marie Le Pen ne ferait plus partie”, relève l’institut. Ainsi “5 % de ces 80 % se diraient même tout à fait incités, ce qui, ramené à l’ensemble du corps électoral représente 4 %, soit une marge de progression non négligeable”, note l’Ifop. » Oh oh ! Mais que voilà une information importante : si Jean-Marie le Pen quittait le parti, alors « les Français » pourraient voter pour le FN un peu plus. Et même que ça serait « non négligeable » !

On résume ? À l’intérieur du FN, les sympathisants veulent donc que Jean-Marie Le Pen ne soit plus président d’honneur et même qu’il soit exclu du parti. À l’extérieur du FN, les gens disent que si jamais Jean-Marie Le Pen n’était plus là, ils pourraient peut-être voter pour le FN. On a donc là un résumé de la stratégie de Florian Philippot qui veut assimiler la « diabolisation » du Front national à la mise à l’écart de Jean-Marie Le Pen, ce qui permet de ne pas avoir à parler du programme du parti, qui reste ouvertement xénophobe. Et qui est-ce qui valide cette idée par la science infaillible des sondages infaillibles (qui se sont plantés aux départementales, mais c’est oublié) ? Ben voyons : Damien Philippot, le frérot qu’on aime bien et qui sort toujours un petit sondage de derrière les fagots quand il faut.

Les médias complices de la stratégie Philippot

À l’évidence, ce sondage intervient comme un moyen de pression de la famille Philippot sur Marine Le Pen à l’heure où celle-ci n’a plus qu’une chose à faire pour se dégager un peu plus la route, déjà bien tracée par les médias, vers la prise du pouvoir : virer son père du parti une bonne fois pour toutes. Mais voilà, c’est pas forcément facile. Déjà parce que c’est son père, ce qui n’est pas une mince affaire, ensuite parce que le vieux a l’air d’être devenu complètement incontrôlable et qu’il doit en avoir, des choses à dire, pour foutre le bordel bien comme il faut (les petits Philippot ne sont sans doute pas au courant de tous les petits secrets de la famille Le Pen).

Dans tout cela, les médias, en tout cas, jouent le rôle de complices de la stratégie interne de Florian Philippot. Sur le long terme, en l’invitant régulièrement et plus encore que Marine Le Pen dans les matinales. Et dans l’instant présent, en surjouant l’indignation effarouchée face aux propos de Jean-Marie Le Pen (qui ne sont qu’une énième répétition de ce qu’il a déjà dit), en applaudissant des deux mains à la « fermeté » de Marine Le Pen qui n’a toujours rien fait de concret (sauf pleurnicher sur TF1, donc) et, enfin, en accréditant, sondage à l’appui, les thèses de Philippot disant que le FN doit couper les ponts avec Jean-Marie Le Pen pour accéder au pouvoir.

Pour vous abonner à mon blog, cliquez sur l'image puis indiquez votre mail dans la page qui s'ouvrira.

Pour vous abonner à mon blog, cliquez sur l’image puis indiquez votre mail dans la page qui s’ouvrira.

Et voilà comment, de petites phrases en exclusions, le FN se donne petit à petit une nouvelle image, gentillette, républicano-compatible, pas vraiment dangereuse, « dédiabolisée ». La stratégie des frères Philippot en action. Dans cette affaire, la complicité médiatique est totale et patente. Le fait que 56% des sondés, soit plus de la moitié des interrogés, déclarent en gros n’en avoir rien à faire de ce qui se passe au Front national n’est pas une information pour les médiacrates. Vous aurez donc encore du FN tous les jours, sur toutes les chaînes, sous toutes les coutures, sur tous les tons. Jusqu’à la nausée. Ou jusqu’à ce que vous cédiez à l’injonction de voter pour Marine Le Pen.

À propos de Antoine Léaument

Fondateur de la chaîne YouTube et du site « Le Bon Sens ». Responsable de la communication numérique de Jean-Luc Mélenchon.

3 commentaires

  1. Bacqué Jean-Louis

    Question à laquelle personne ne répond:

    Le programme du FN est-il, ou n-est-il, pas national-socialiste ?

    … Et d’autres:

    – Dans une autre contexte, à une autre époque, n’y-a-t-il pas eu une « Nuit des Longs Couteaux » ?
    – Dans le cadre de la « Monarchie Élective » [élective, pas républicaine, « monarchie républicaine est un oxymore], héritée de la défunte V° République, les pouvoirs de la présidences donneraient quels résultats au cas ou Marine « la dédiabolisée » serait en mesure d’occuper le siège ?

    L’Histoire peut-être un excllent enseignant si on la consulte….

  2. Thibault Cortes

    Un paramètre à ne pas négliger, et ce pour tout sondage ou enquête, sans exception. La marge d’erreur, qui s’exprime en pourcentage. Celle-ci n’est jamais communiquée par les médias, bien que primordiale. La non-communication de ce chiffre renforce l’image du sondage comme d’un outil infaillible.
    Ici, « 5% des 80% qui sont en fait 4% du corps électoral ». Cette phrase est, de base, un schmilblick total embrouillant l’esprit du lecteur. De plus, les proportions de sympathisants potentiels annoncés tellement faibles que la marge d’erreur peut ramener ça à 0%, à 10%, on en sait en fait rien : on suppute, on brasse de l’air, on sort des chiffres insensés et sans fiabilité.

    • Tout à fait d’accord avec toi, Thibault. Ton commentaire souligne davantage combien le rôle joué par l’Ifop est ici politique. L’appréciation se basant sur un peu plus de 900 personnes avec un questionnaire auto-administré et l’imposition de problématique jouant à plein (quelqu’un qui n’a pas prévu de voter FN ne se pose pas, d’emblée, la question de savoir s’il va voter FN si un changement intervient). On est encore en plein dans ce que dit Bourdieu dans son célèbre article sur les enquêtes d’opinion : http://www.acrimed.org/article3938.html

Commenter cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués par : *

*