Mélenchon parlement

Les « astuces » du Monde pour compenser sa désinformation sur l’Europe

À un mois des élections européennes, le journal Le Monde se réveille et se met à parler de sujets européens. Et encore, « sujets », c’est un grand mot. Il s’agit surtout pour lui d’hystériser les choses autours de personnalités politiques comme (le gentil) Daniel Cohn-Bendit ou (le méchant) Jean-Luc Mélenchon. C’est là une « astuce » usuelle, destinée à masquer le fait que Le Monde a été parfaitement silencieux sur des sujets européens de première importance, comme le Grand Marché Transatlantique, jusqu’à une date très récente, alors que nous alertons sans relâche sur ce sujet depuis 2008. Pour mémoire, souvenez-vous également que le journal qui compte distribuer les bons et les mauvais points sur l’Europe titrait sur la viande hallal pendant la campagne présidentielle, tandis que nous parlions, nous, du traité budgétaire européen (le TSCG, qui contenait la fameuse « règle d’or »). C’est sans doute la conception qu’à Le Monde du « devoir d’information » dont il se gargarise tant.

Je veux donc analyser ici un article paru sur le site électronique du Monde, le 16 avril 2014 (les plus curieux iront le chercher sur internet ; je ne veux pas leur faire de pub) et qui participe de cette technique de diversion. Les auteurs de cet article, les « Décodeurs du Monde » pensent y mettre en lumière les « astuces » de Jean-Luc Mélenchon pour « paraître assidu au Parlement européen ». Il s’agit du énième article de presse s’en prenant à son travail de député européen. On commence à avoir l’habitude. Mais je veux ici montrer combien cet article fait usage de mauvaise foi pour développer un discours politique contre le coprésident du Parti de Gauche. Pour mettre l’ambiance, et en guise de préambule, je ne résiste pas à l’envie de recopier ici le premier point de la « charte » des « Décodeurs » : « Nos articles sont construits avant tout autour de faits les plus objectifs possible : statistiques, chiffres, lois, dates, faits, sont notre matériau premier. Nous fournissons des faits, nous ne faisons pas de journalisme spéculatif, nous ne donnons pas notre avis ». C’est ce qu’on va voir ! Décodage des « Décodeurs ».

  1. Que mesure vraiment VoteWatch ?
  2. MEP Ranking : la mauvaise foi des « Décodeurs »
  3. Les explications de votes ne sont pas « la seule activité » où Jean-Luc Mélenchon se « distingue »
  4. Les explications de votes ne sont pas une « astuce » : elles sont la preuve d’un travail sérieux 
  5. Conclusion 

 

1) Que mesure vraiment VoteWatch ?

Celui qui touche au sacro-saint VoteWatch doit s’attendre à recevoir une volée de bois vert. Normal : les journalistes n’utilisant que cet outil pour parler de l’activité des députés européens, le critiquer revient à les priver de leur principale source d’information. Jean-Luc Mélenchon a écrit dans son blog Europe (tiens tiens, il a un blog Europe, est-ce si commun que cela ?) la chose suivante, relevée par les décodeurs : « [VoteWatch] ne s’intéresse pas à l’activité réelle des députés européens, mais seulement à des éléments comptables que lui fournit gratuitement le Parlement européen ! Les « journalistes » ignorent (ou feignent d’ignorer) qu’il existe d’autres sites de classement, qui centrent au contraire leur attention sur l’activité réelle des eurodéputés ».

Ce qu’il dit ici est tout à fait vrai. Pour être tout à fait exact, on peut faire porter la critique sur les deux éléments mis en avant par VoteWatch, à savoir : premièrement, la participation aux « roll-call votes » ; deuxièmement, la « loyauté » au groupe politique. Quiconque arrive sur la fiche VoteWatch d’un eurodéputé voit ces chiffres en premier. Or, ils ne signifient pas grand-chose sur l’activité réelle des députés européens. J’irai même plus loin, histoire de faire réfléchir un peu les messieurs « Je-Sais-Tout » des rédaction : un bon taux de « loyauté » au groupe politique peut être un indicateur de l’absence de lecture des textes européens. Je m’explique.

Il faut d’abord se représenter ce qu’est une session plénière du Parlement européen : un lieu où l’on vote à la chaîne à un rythme ahurissant (comme l’explique Jean-Luc Mélenchon dans une note de blog, la moyenne en mars était de cinq votes par minutes, soit un toutes les douze secondes). Avant chaque session de vote, les groupes politiques distribuent aux eurodéputés ce qu’on appelle des « feuilles de votes ». Ces feuilles disent quelle est la recommandation de vote du groupe sur chacun des textes et des amendements soumis au Parlement. Ainsi, avant le début des votes, le groupe de Jean-Luc Mélenchon, la GUE, lui remet une liasse de feuilles avec ce qu’elle préconise de voter.

Les députés les moins consciencieux peuvent donc voter sans même savoir ce qu’il y a dans les textes. Il leur suffit de suivre point par point la feuille de vote remise par leur groupe. C’est d’ailleurs là qu’intervient le deuxième élément relevé par VoteWatch : la « loyauté » au groupe politique. Ce chiffre correspond en fait à la mesure de la correspondance entre le vote du député et le vote préconisé par son groupe. Mais cela ne dit absolument rien sur l’activité concrète du député… au contraire ! Plus la « loyauté » d’un député à son groupe est élevée, plus cela signifie qu’il suit la feuille de vote qui lui est remise. Avec une « loyauté » à son groupe inférieure à 80%, Jean-Luc Mélenchon est classé parmi les derniers du Parlement par VoteWatch. Mais avec ce que je viens d’expliquer, on comprend que cela signifie qu’il travaille chacun des textes et qu’il s’écarte à l’évidence des recommandations de son groupe lorsqu’elles ne sont pas en accord avec ses propres opinions. A l’inverse, les Verts sont les grands champions de ce petit jeu : en France, les 10 premiers de cette catégorie sont des Verts et les 16 élus du groupe des Verts sont parmi les 20 premiers. Je donne une autre idée de l’inutilité de cette mesure en signalant qu’Harlem Désir, totalement invisible au Parlement européen, est premier de son groupe (S&D) dans cette catégorie.

Si l’on revient à la « participation aux roll-call votes », le premier élément mis en avant par VoteWatch et par les journalistes, on comprend que cela ne mesure pas grand-chose d’autre que la capacité à  lever le bras ou à appuyer correctement sur un bouton au moment du vote. En effet, comme je l’ai expliqué, on peut très bien voter sans savoir ce que contient un texte, simplement en suivant la feuille de vote donnée par le groupe. Mais cela, évidemment, les « Décodeurs » ne le disent pas. Peut-être même l’ignore-t-ils ?

Certes, pour pouvoir lever le bras ou appuyer sur les boutons, qu’on ait lu les textes ou non, il faut être dans l’enceinte du Parlement. Comme chacun sait, Jean-Luc Mélenchon a pour sa part effectué une campagne présidentielle en 2012, ce qui a nettement diminué sa capacité à assister aux séances plénières du Parlement européen. Je signale au passage que Marine Le Pen et Eva Joly, qui ont également été candidates à l’élection présidentielle, ont un taux de participation aux « roll-call votes » inférieur au sien. Mais surtout, je pense que Jean-Luc Mélenchon considère qu’il est parfois plus utile hors du Parlement, en participant aux luttes citoyennes, comme à l’occasion de la réforme des retraites en 2010. Voici ce qu’il écrit sur son blog Europe : « En tant qu’élu du peuple français, je pense que mon rôle est d’être là où je suis le plus utile pour défendre les causes et les idées de ceux que je représente par le mandat qu’ils m’ont donné ». De cela, donc, il ne cache rien et a d’ailleurs fait la liste de ses absences sur son blog Europe. On peut donc dire qu’il est moins présent que d’autres députés européens, à condition d’avoir aussi l’honnêteté intellectuelle de dire qu’il l’assume et de préciser ce qu’il  faisait lorsqu’il ne participait pas aux sessions plénières.

2) MEP Ranking : la mauvaise foi des « Décodeurs »capture MEP

Dans leur article, les « Décodeurs » intitulent une de leurs sections : « Mélenchon, ‘‘premier des Français’’ selon un autre classement ? ». Et l’article de citer un passage de l’émission « CPolitique » où le coprésident du Parti de Gauche était invité le 13 avril. Il y a dit la chose suivante : « Je suis, sur un autre site, le premier des Français pour les explications de votes ». En fait, Jean-Luc Mélenchon a commis une erreur au cours de cette émission : après vérification, il n’est pas premier mais deuxième. Sans doute sa langue a-t-elle fourché, ou bien alors pensait-il sincèrement être premier vu le nombre d’explications de votes qu’il a déposées. Mais Sophie Auconie tient fermement la première place dans cette catégorie. Je précise tout cela car c’est important pour la suite. Voyons maintenant ce que disent les « Décodeurs ».

« En réalité, disent-ils, ‘‘MEP ranking’’ classe M. Mélenchon 39e ». C’est vrai. Mais c’est une partie seulement de la vérité… et la mauvaise foi des « Décodeurs » est ici est criante ! Le chiffre qu’ils donnent ne concerne ni les explications de votes, ni le classement français ! Il s’agit du classement de Jean-Luc Mélenchon parmi les 766 autres députés européens ! Tout de suite, ça change de dimension, non ? 39e sur 766, c’est pas mal, hein ? Ou alors ce n’est pas encore assez ? On comprend que les « Décodeurs » (dont j’espère qu’il apparaît maintenant à chacun qu’ils tiennent un discours politique et biaisé) n’aient pas voulu donner un chiffre qui est si favorable à Jean-Luc Mélenchon !

S’ils avaient été un peu sincères, les « Décodeurs » auraient pu indiquer dans le titre de cette partie : « Mélenchon, ‘‘premier des Français’’ pour les explications de votes selon un autre classement ? » et faire passer pour un vilain mensonge ce qui n’était sans doute qu’une étourderie (deuxième au lieu de premier). Mais ce n’est pas ce qu’ils ont fait. Et celui qui lit en vitesse doit penser que Jean-Luc Mélenchon est 39e de France dans le classement MEP Ranking. En réalité, il est 3e de France, et apparaît à ce titre dans le classement des trois députés Français les plus actifs, tandis que Jean-Marie Le Pen apparaît dans le groupe des trois moins actifs. Sa fille échappe de justesse à ce piteux tableau : elle est la quatrième moins active de France. Et encore, pour être tout à fait juste avec Messieurs Zéribi et Cochet, faut-il signaler que le premier ne siège que depuis mai 2012 et le second depuis décembre 2011. Parmi les députés qui siègent depuis 2009, les deux Le Pen sont donc les deux moins actifs ! Qui en parle parmi les belles personnes qui disent vouloir « lutter contre l’extrême droite » et s’acharnent en fait contre Jean-Luc Mélenchon ?

3) Les explications de votes ne sont pas « la seule activité » où Jean-Luc Mélenchon se « distingue »

Contrairement à ce que prétendent les décodeurs, à nouveau en biaisant les chiffres, les explications de votes ne sont pas « la seule activité » ou Jean-Luc Mélenchon se « distingue ». Voyons cela de plus près.

Alors que, pour les explications de votes, les « Décodeurs » ont utilisé comme valeur de comparaison la moyenne française (je signale, au passage, que ces petits malins se sont trompés et que la moyenne française n’est pas à 209 comme ils le disent mais à 203, mais passons), ils utilisent pour le reste la moyenne européenne, qui est sensiblement plus élevée que la valeur française. Histoire de faire passer Jean-Luc Mélenchon pour un nul alors qu’en fait il n’est pas si mauvais que cela. Voyez plutôt.

Il est indiqué que le coprésident du Parti de Gauche a posé 46 questions contre une moyenne de 127 pour les eurodéputés. C’est vrai. Seulement voilà : avec 46 questions, il est classé 24e de France (sur 74) pour cette catégorie et est tout juste au-dessus de la moyenne française qui s’établit à 45. On peut donner quelques éléments de comparaison avec d’autres eurodéputés français bien connus et épargnés par les médias. Ainsi, José Bové est 42e avec 25 questions ; Daniel Cohn-Bendit est 55e avec 14 questions ; Marine Le Pen est 70e avec 3 questions et son père est dernier avec 0 questions. Avant d’être nommé Secrétaire d’État aux Affaires européennes, Harlem Désir était 55avec 14 questions, ex-aequo avec Cohn-Bendit.

Voyons maintenant les propositions de résolutions. Il est indiqué que Jean-Luc Mélenchon en a proposé ou soutenu 40. Là encore, le voilà comparé à la moyenne européenne qui est de 50,97. En France, elle est à 38,74 ; il est donc là aussi au-dessus de la moyenne de ses compatriotes eurodéputés. Mais allons plus loin : avec ses 40 propositions de résolutions, il est classé 18e sur 74 en France et 151e sur 766 sur tout le Parlement. Est-ce si mauvais que ça ? Je ne le crois pas. Prenons quelques autres députés européens bien connus pour savoir où il se situe. Avec 19 propositions de résolutions, José Bové est 30e de France ; Marine Le Pen est 50e avec 4 propositions ; Son père est 62e avec 2 propositions. Avant d’être nommé Secrétaire d’État aux Affaires européennes, Harlem Désir était 24e avec 26 propositions de résolutions.

Restent les autres chiffres évoqués par les « Décodeurs ». Venons-y. Jean-Luc Mélenchon n’a effectivement déposé aucun rapport au Parlement européen. Mais avant de débattre de ce point, peut-être vaut-il mieux savoir quelles sont les règles de répartition des rapports, non ? Le coprésident du Parti de Gauche les a expliquées dans son blog Europe. Il faut savoir que les rapports sont attribués prioritairement, au sein des différentes Commissions, aux groupes politiques les plus importants. Jean-Luc Mélenchon est membre de la GUE, qui est l’un des plus petits groupes au Parlement européen avec 35 membres. Pour donner une idée, au sein de la Commission Affaires étrangères, dont est membre Jean-Luc Mélenchon, en cinq ans, un seul rapport a été attribué à la GUE. De quoi accuse-t-on le coprésident du Parti de Gauche ? De ne pas avoir joué des coudes avec ses camarades de la GUE pour obtenir cet unique rapport ? Pourquoi ne demande-t-on pas à Daniel Cohn-Bendit, président du groupe des Verts pourquoi il n’a jamais écrit de rapport ? Pourquoi ne pose-t-on pas la même question à Joseph Daul, président du Parti Populaire Européen, qui est pourtant le plus gros groupe au Parlement et celui qui a à ce jour obtenu le plus de rapports (1 688) ? Il n’y a pourtant aucune règle qui interdirait les présidents de groupes à déposer des rapports…

De la même manière, avec 6 rapports amendés, Jean-Luc Mélenchon est certes en dessous de la moyenne française, mais tout de même devant Daniel Cohn-Bendit, Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen qui en ont amendé… zéro ! Il est aussi devant Joseph Daul, qui n’en a amendé qu’un. De quoi accuse-t-on Jean-Luc Mélenchon ? D’être plus actif que le président du groupe des Verts et que le président du PPE.

De même, on essaie d’aligner les zéros en face du coprésident du Parti de Gauche pour le tourner en ridicule. Signalons que, comme lui, 35 autres eurodéputés français n’ont signé aucune « déclaration ». Dans tout le Parlement, ce sont 312 eurodéputés qui n’ont signé aucune « déclaration ». Et on essaie de faire passer le cas de Jean-Luc Mélenchon pour une exception ? Il faut dire qu’il doit goûter assez peu la signature de ces textes consensuels sans aucune portée réelle.

La même logique s’applique pour les « opinions ». Comme lui, Marine et Jean-Marie Le Pen, Daniel Cohn-Bendit, Brice Hortefeux ou Joseph Daul n’en ont signé aucune. Voilà qui devrait remettre les pendules à l’heure.

4) Les explications de votes ne sont pas une « astuce » : elles sont la preuve d’un travail sérieux

Comme je l’ai expliqué plus haut (voir le point 1.), la mesure de VoteWatch sur la participation aux « roll-call votes » n’évalue rien d’autre que la capacité d’un député à lever le bras ou à appuyer sur un bouton en suivant une feuille de votes. En revanche, le dépôt d’une explication de vote argumentée sur un texte est une preuve indéniable qu’un député et son équipe ont travaillé ledit texte. Comme le disent les « Décodeurs », Jean-Luc Mélenchon est un champion en la matière. Et il n’a pas à en rougir, comme voudraient nous le faire croire les belles personnes. Voyons cela.

 Les « Décodeurs » pensent pouvoir dénoncer « l’astuce des questions (sic) écrites ». Evidemment, ils voulaient parler ici des « explications de votes » écrites, mais ils ne sont pas à une imprécision près. Une question se pose, cela dit : pourquoi parler ici du terme péjoratif d’« astuce » (qui donne son titre à l’article) alors que, comme les « Décodeurs » le précisent, Jean-Luc Mélenchon ne fait qu’utiliser un des points du règlement du Parlement européen ? Pourquoi parlent-ils de « donner l’impression d’une activité soutenue » alors qu’il s’agit d’une activité reconnue par le Parlement européen ? Pourquoi ces termes péjoratifs ?

Egalement, pourquoi sous-entendre que Jean-Luc Mélenchon ne travaille pas lui-même? Pourquoi avoir écrit cette phrase : « il suffit d’envoyer (ou de faire envoyer par son équipe) suffisamment de mails d’explication de vote » ? Que sous-entend l’élément entre parenthèses : « ou de faire envoyer par son équipe » ? Les « Décodeurs » pensent-ils réellement que le coprésident du Parti de Gauche va envoyer lui-même des dizaines de mail pour faire parvenir ses explications de votes ? A quoi lui servirait-il d’avoir une équipe s’il faisait tout cela tout seul ? A payer des proches une fortune pour des mi-temps, comme le fait Madame Le Pen avec son compagnon Louis Alliot ? Pour la première session d’avril, l’équipe de Jean-Luc Mélenchon a fait parvenir en effet 84 explications de votes. Pour la seconde session d’avril, très chargée, il y en aura sans doute plus de 100. S’imagine-t-on que le coprésident du Parti de Gauche va envoyer tous ces mails lui-même alors qu’il est en campagne européenne ? Que lui reproche-t-on exactement ? De ne pas être celui qui clique sur le bouton d’envoi des mails ?

Toutes ces accusations sont ridicules et infondées. Monsieur Mélenchon assume clairement, comme tous les autres députés européens, d’avoir une équipe qui travaille beaucoup pour mener de front toutes les batailles qu’il mène (et il en mène beaucoup). Et, pour ce qui concerne les explications de votes, compte-tenu de l’importance qu’ont ces textes, s’imagine-t-on que le coprésident autoriserait leur publication sans les avoir au minimum relues et corrigées une à une et sans avoir débattu sur chacun des textes avec ses assistants ? Il s’agit tout de même d’avis écrits, donc consultables par les citoyens (c’est le but), ce qui signifie à tout instant une exposition au « Vous avez voté ça à telle date pour telle raison, est-ce que vous assumez toujours ? ». On comprend que les pleutres de tout poil évitent de s’exposer à cela…

En tout cas, de tout ce travail là effectué par Jean-Luc Mélenchon, personne ne dit jamais rien. Ni VoteWatch (qui ne fait aucun classement sur cette base), ni les journalistes, ni les « Décodeurs » en tous genres. Pourtant, c’est ce qui permet à chacun de savoir pourquoi il a voté de telle ou telle manière sur un texte, et quel était le sens de son vote. Pour le seul mois d’avril 2014, il aura sans doute déposé de cette manière autour de 200 explications de votes. Toutes sont disponibles sur son blog Europe. Chacun pourra juger s’il s’agit là d’un travail « facile à réaliser » comme le disent les médias de mauvaise foi. Sans se demander, d’ailleurs, pourquoi les autres députés n’en font pas autant.

Conclusion

Je pense avoir prouvé ici la mauvaise foi dont ont fait preuve les « Décodeurs » dans leur article. Certes, leur propos n’était pas d’établir des faits mais de mener un travail de dépréciation de l’image d’un personnage politique que le journal Le Monde combat. Mais elles ont la perversité de vouloir mettre en scène un personnage désinvolte à l’égard de son mandat qui n’existe pas. En ce sens c’est de désinformation et de propagande qu’il s’agit, comme on peut dire que la masse des articles consacrés a madame Le Pen dans ce journal, sur un ton qui souscrit à sa campagne de dédiabolisation, est un parti-pris et une propagande.

A mes yeux, et aux yeux de beaucoup de monde, le coprésident du Parti de Gauche est un bon député européen et une personnalité politique française importante dans le débat européen. Il mène à la fois des batailles en France, en Europe et même à l’autre bout du monde. Qui peut sincèrement le critiquer sur son « absence » supposée au Parlement européen quand il est démontré qu’il consacre son temps à porter ses idées comme il l’a fait lors de la campagne présidentielle ou lorsqu’il était dans la rue, aux côtés de citoyens en lutte ? De tout cela, il n’a jamais rien caché. Et je considère, comme lui, qu’il est parfois plus utile de parler du salaire maximum ou de la planification écologique dans un média national ou dans une réunion publique plutôt que dans les couloirs du Parlement européen, d’où il ne sort depuis des années que des milliards pour les banques et de l’austérité pour le peuple.

 En tout cas, le 25 mai, c’est aussi ce que je dirai en mettant un bulletin du Front de Gauche dans l’urne.


Cet article vous a plu ? Je vous invite à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons situés ci-dessous. Si vous le souhaitez, vous pouvez également vous abonner à mon blog pour recevoir par mail mes prochains articles. 

 

Les articles ci-dessous sont proposés par un éditeur publicitaire.

4 commentaires

  1. Olivier Dubois

    Mille mercis pour ces éclairages au combien salutaires!!!!

Commenter cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués par : *

*